Culture

Quels sont les plus grands « bad boys » de l’histoire du tennis ?

Le tennis est-il un sport aseptisé ? Voilà une question qui revient toujours en boucle notamment depuis l'avènement des Federer, Nadal et Djokovic, qui sont aussi géniaux qu'ils peuvent être lisses sur un court !

Le tennis est peut-être l’une des disciplines les plus difficiles mentalement et souvent le plus grand adversaire que l’on a sur le terrain est soi-même ! Ainsi, on sait que se laisser par ses émotions sur un court de tennis est bien souvent une erreur et que la défaite en est souvent le résultat. Pourtant, certains joueurs décident de montrer leur frustration sur le terrain et cela fait rapidement d’eux des personnages à part. La preuve avec l’Australien, Nick Kyrgios, qui n’en finit pas de s’attirer les foudres de ses adversaires pour son comportement plus que limite. Le dernier en date : Rafael Nadal à Acapulco (voir vidéo en header). De ce fait, Beside Sport a décidé de revenir sur ces grands joueurs qui avaient fini par mériter leur titre de « bad boy » !

Ilie Nastase (Roumanie)

Les frasques d’Ilie sont nombreuses et ont fait de lui le plus grand bad boy de sa génération.

John McEnroe (USA)

Que dire sur John McEnroe et ses sautes d’humeur. Son « You cannot be serious » reste dans les annales du tennis.

Jimmy Connors (USA)

Avec John McEnroe, on tient les deux plus grands Bad boy de l’histoire du tennis.

Jeff Tarango (USA)

Le tennisman était un sacré numéro sur un terrain. Il n’a pas hésité à traiter un arbitre « de plus corrompu du circuit » et est même allé jusqu’à baisser son short lors d’un match face à Michael Chang.

Boris Becker (Allemagne)

Un Allemand pur jus qui n’hésitera pas à monter au filet au devant de l’arbitre.

Andre Agassi (USA)

Short en jean, perruque, le Kid de Las Vegas tranchait avec le sérieux et l’absence de charisme de son rival Pete Sampras.

Goran Ivanisevic (Croatie)

Goran fut le premier joueur a devoir déclaré forfait après avoir cassé toutes ses raquettes de rage (3 en tout).

Tim Henman (Grande-Bretagne)

A priori, Tim Henman semblait représenter le parfait gentleman et pourtant il est le premier joueur de l’histoire à avoir été disqualifié de Wimbledon. La raison : il envoya une balle pleine de rage (à la suite de la perte d’un tie break) dans le visage d’une ramasseuse de balle alors qu’elle était en train d’exécuter sa tâche lors d’un match de double. Il s’excusera en offrant un bouquet de fleurs à la jeune fille devant les caméras.

Marat Safin (Russie)

Marat Safin était ce que l’on pouvait appeler un joueur caractériel. Dans un mauvais jour, il pouvait être battu par n’importe qui mais en pleine possession de ses moyens, il pouvait s’avérer imbattable. Les raquettes ont souvent fini cabossé à l’issue des matchs du Russe.

Fabio Fognini (Italie)

Doigt d’honneur, conversation virulente avec son adversaire ou l’arbitre, l’Italien a toute la panoplie du parfait bad boy des courts.

Article suivant

«
BS

Souhaitez vous recevoir des notifications ?

Non merci Oui
X

Vous etes actuellement hors ligne