Culture

Les coups les plus surprenants du tennis

Si le tennis est souvent défini par coup droit, revers, service, volée auxquels on ajoute amorti et lob, la discipline a beaucoup plus à offrir en terme de gestes...et certains sont plus impressionnants les uns que les autres !

Cette semaine, Roger Federer pose ses valises « Rimowa » du côté de Bâle, ville natale du Suisse et tournoi dont il a joué la finale 11 fois en 12 ans et qu’il a remporté à 8 reprises. Clairement, « Rogdeur » se sent à l’aise sur le site de St. Jakobshalle et ce n’est pas ce coup exceptionnel qu’il a lâché en 2002 face à l’une de ses anciennes victimes favorites, Andy Roddick. En effet, comme vous pouvez le voir en header, après un point rondement mené par l’Américain et un smash qui se doit d’être gagnant, Federer arrive alors à smasher lui-même le smash et réaliser un passing gagnant…incroyable, on a envie de dire mais c’est tout simplement du « Fed » !

Ainsi, ce coup exceptionnel a donné envie à l’équipe de Beside Sport d’approfondir les autres coups surprenants que le tennis peut nous offrir !

Le tweener

Ce geste que l’on appelle aussi « coup entre les jambes » est spectaculaire mais également difficile à exécuter. En effet, celui-ci est possible après un lob lorsque le joueur n’a pas eu le temps de revenir autour de la balle, la frappant vers l’arrière entre les jambes. Parmi les joueurs qui sont devenus les spécialistes de ce coup, on peut citer Guillermo Vilas, qui en est carrément l’inventeur. L’Argentin se serait inspiré du polo et du geste « back under », coup de maillet entre les jambes du cheval. Ainsi est né, ce que l’on appelle d’abord le « Grand Willy », lors du tournoi de Buenos Aires. Victor Pecci et Yannick Noah populariseront ce geste dans les années 80 et 90.

Dans le tennis actuel, la plupart des joueurs arrivent à réaliser ce geste en match et on assiste désormais au tweener inversé qui est réalisé face au filet, pour amuser les spectateurs ou provoquer l’adversaire. Gaël Monfils et Nick Kyrgios en sont les spécialistes.

L’amortie rétro

L’amortie classique peut avoir deux objectifs : soit faire un point gagnant soit attirer votre adversaire au filet. Mais pour donner une touche spectaculaire à l’amortie, on peut la tenter « rétro ». Cela signifie que l’on ajoute un effet coupé très accentué qui fait tourner la balle sur elle-même et qui lui permet de revenir en arrière. Dans le plus beau des cas, la balle peut même revenir dans son propre terrain et le point est alors gagné !

A noter que le Français Benoît Paire a réussi ce geste à la volée…incroyable !

Le passing-shot à côté du filet

Lorsque la balle vous sort complètement du court, il ne vous reste parfois plus que la solution de faire un passing shot à côté du filet. Roger Federer est un spécialiste !

Le plongeon gagnant

Lorsque l’on est trop en retard pour pouvoir espérer toucher la balle au tennis, nous sommes beaucoup à abandonner mais certains joueurs n’hésitent pas à plonger…et parfois même ils gagnent le point. Bien entendu, cela fait moins mal sur gazon, où on en voit beaucoup, que sur surface dure !

Le smash de fond de court

On a peut-être le plus beau avec Federer face à Roddick en header mais Gaël Monfils a également fait fort en 2015 lors du tournoi de Vienne. Pour rappel ce geste est souvent utilisé lorsque votre adversaire fait un smash et que la balle rebondit très haut, la seule solution pour la ramener est alors d’utiliser sa détente verticale et de smasher pour réaliser un passing par la suite.

Jeter sa raquette et marquer le point

Voilà un coup que l’on a tous tenté, à savoir jeter sa raquette lorsque la balle est inatteignable en espérant qu’avec la Grâce de Dieu, celle-ci touche la balle et la remette dans le terrain adverse. Et bien figurez-vous que Jimmy Connors a réussi pareil coup en 1996…stupéfiant !

Service à la cuillère

Faire un service au tennis ! Voilà un geste qui est loin d’être évident à réaliser et qui pose bien des problèmes aux amateurs de balle jaune. En effet, qui dit service raté dit forcément pas de mise en jeu et donc impossibilité de taper la balle. Ainsi, il n’est pas rare que les débutants, raquette à la main, n’en puissent plus d’enchaîner les doubles fautes et se résignent à faire ce que l’on nomme communément un « service à la cuillère » pour engager le point. Néanmoins, il arrive également que les professionnels se laissent tenter par ce service. Alors évidemment, on n’évoque pas la difficulté pour eux de faire un service « normal » mais quantité d’autres raisons : déconcentration de l’adversaire, énervement, fatigue, provocation voire malice. Michael Chang avait surpris tout le monde en 1989 à Roland-Garros face à Ivan Lendl, Martina Hingis avait fait de même face à Steffi Graf pour provoquer le public et Michael Llodra était un spécialiste ces dernières années.

Article suivant

«
BS

Souhaitez vous recevoir des notifications ?

Non merci Oui
X

Vous etes actuellement hors ligne