Medias

La terre battue, une surface multicolore

Dès que les beaux jours commencent à pointer le bout de leur nez, les joueurs et joueuses de tennis s'empressent d'investir les courts en terre battue. Une surface communément appelée ocre mais qui peut se parer de multiples couleurs !

Après la fin de la tournée américaine sur dur, il est temps pour les meilleurs tennismen et tenniswomen de la planète de s’attaquer à la saison sur terre battue. Si la plupart des tournois en Europe se parent de la couleur orange afin que Rafael Nadal fasse son one-man show, d’autres s’essaient à d’autres couleurs. Ainsi, outre-Atlantique, on utilise le vert pour créer sa terre battue américaine. Celle-ci a pour but de se distinguer de la terre battue européenne mais elle est aussi plus rapide que son homologue et se rapproche un peu plus d’une surface en dur du point de vue des caractéristiques. Depuis quelques années, on a vu également apparaître de la terre battue bleue au Masters de Madrid ou encore de la terre battue rose en 2012 du côté du court numéro 1 à Roland-Garros pour l’opération « Journée de la Femme ». Beside Sport revient sur ces moment où l’on a fait de la terre battue, une surface multicolore !

Terre battue verte américaine

Ici à l’US Open lorsque le tournoi se déroulait à Forest Hills de 1924 à 1968.

Terre battue bleue

Lors de l’édition 2012, le tournoi s’est déroulé sur terre battue de couleur bleue, mais à la suite de la forte contestation de plusieurs joueurs, le tournoi se joue de nouveau sur terre battue classique, de couleur ocre, depuis l’édition 2013.

Beside Sport - La terre battue, une surface multicolore -  -

Terre battue rose

Article suivant

«
BS

Souhaitez vous recevoir des notifications ?

Non merci Oui
X

Vous etes actuellement hors ligne