Ces éternels deuxièmes dans le sport

Culture

Ces éternels deuxièmes dans le sport

L'objectif de tous les champions sportifs est de s'offrir des titres et donc la première place. Malheureusement, certains n'ont jamais pu faire mieux que deuxième ce qui ne les a pas empêché d'écrire leur légende !

Suite à une première alerte survenue il y a quelques semaines en raison « d’une grande fatigue », Raymond Poulidor a fini par nous quitter à l’âge de 83 ans cette nuit. Le « chouchou » ou plutôt le « poupou » des français ne nous gratifiera plus de son sourire et de sa bonhomie légendaire. Pour rappel Raymond Poulidor était un immense champion cycliste malgré le fait qu’il n’a jamais pu s’imposer lors de la prestigieuse « Grande Boucle ». En effet, en 14 participations (entre 1962 et 1976), il a terminé huit fois sur le podium sans jamais gagner, ni même porter le maillot jaune. Il a tout de même remporté le Tour d’Espagne en 1964, ainsi que les Classiques Milan-San Remo en 1961 et la Flèche wallonne en 1963. Beside Sport a décidé de vous présenter ces champions toujours restés aux portes de la consécration dans leur discipline !

Beside Sport - Ces éternels deuxièmes dans le sport -  -

Elgin Baylor (Basketball)

Cet ailier, l’un des plus élégants de l’histoire du jeu, a joué 13 saisons en NBA pour Lakers de Minneapolis. Il a terminé sa carrière avec 23 149 points, 3 650 passes décisives et 11 463 rebonds sur 846 rencontres.

Elgin Baylor est le plus grand maudit des Finales NBA avec huit participations pour huit défaites. Avec 8 finales perdues, il est le joueur qui a disputé le plus de finales NBA sans remporter le titre.

Beside Sport - Ces éternels deuxièmes dans le sport -  -

Randy Mamola (Moto)

Pour les nostalgiques des grands noms des GP 500, Randy Mamola est un sportif « maudit » : quatre fois vice-champion du monde, en 1980 derrière Kenny Roberts, en 1981 derrière Marco Lucchinelli, en 1984 derrière Eddie Lawson et en 1987 derrière Wayne Gardner.

Mais il doit aussi sa renommée à un style de pilotage inimitable qui lui a souvent permis de se sortir de situations impossibles. Randy Mamola se fait virer de sa moto à Misano en 1985. Il s’accroche alors au guidon, court à côté à près de 140 km/h remonte en selle et repart….Dingue !

Beside Sport - Ces éternels deuxièmes dans le sport -  -

Stirling Moss (Pilote automobile)

Stirling Moss est une légende britannique de la F1. Il a été surnommé « le champion sans couronne » car il n’a jamais été champion du monde, en dépit de seize victoires en Grand Prix et quatre places de dauphin en fin de saison. De 1955 à 1957, il s’est incliné devant le génie de Juan Manuel Fangio. En 1958, malgré le retrait de l’Argentin, Stirling Moss a manqué le titre à un point. Son compatriote Mike Hawthorn s’est adjugé la couronne mondiale grâce au magnifique geste de fair-play dont a fait preuve son dauphin.

Beside Sport - Ces éternels deuxièmes dans le sport -  -

Alain Mimoun (Athlétisme)

Le garçon de café le plus endurant de l’histoire a remporté tous les titres nationaux sur 5 000 et 10 000 m, de 1947 à 1956, mais n’a en revanche jamais réussi à s’imposer au niveau mondial. Le responsable de cette malédiction s’appelle Emil Zatopek,  » la locomotive tchèque « . Aux Jeux Olympiques de Londres en 1948, sur 10 000 m, une nouvelle fois quatre ans plus tard en Finlande sur 5 000 m et lors des Championnats d’Europe en 1950, le Français dut se contenter de la médaille d’argent derrière Zatopek. Une hiérarchie contre laquelle Alain Mimoun n’a jamais rien pu faire.

Beside Sport - Ces éternels deuxièmes dans le sport -  -

Surya Bonaly (Patinage artistique)

Curieux destin que celui de la française Surya Bonaly, surdouée du patinage artistique. Malgré une domination sans partage en France (de 1989 à 1997) et au niveau européen (de 1991 à 1995), le sacre mondial lui a toujours étrangement échappé. Ainsi, trois années de suite (de 1993 à 1995), la niçoise reste au pied de la première marche du podium. Un scandale vient même à éclater en 1994. Alors que les principales rivales de Surya Bonaly sont toutes absentes de la compétition, la Japonaise Yuka Sato remporte la victoire. Selon certaines rumeurs, la couleur de peau de la championne française aurait pu jouer en sa défaveur… Aujourd’hui, la polémique est oubliée !

Article suivant

«
BS

Souhaitez vous recevoir des notifications ?

Non merci Oui
X

Vous etes actuellement hors ligne